Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Comment prendre en compte la biodiversité dans l’aménagement urbain ?

En mars 2018, les experts mondiaux de l’IPBES*, le « GIEC de la biodiversité » alertaient sur le déclin massif de la biodiversité qui menace l’humanité. Partout sur la planète, l’érosion continue de la vie sauvage met en danger les conditions de vie des populations.

A l’Université Catholique de Lille, les Explorateurs de la Transition ont travaillé dès novembre 2009 à une solution  permettant de favoriser la biodiversité dans le bâti et la construction neuve à l’échelle d’un quartier. En partenariat avec Norpac, filiale du groupe Bouygues, des équipes de l’Université ont été mobilisées pour initier des travaux de recherche afin d’orienter la conception et le design des quartiers de demain. On parle alors de « Bâti à biodiversité positive ».

La biodiversité, entendez la diversité du vivant et plus précisément celle des écosystèmes, des espèces et des gènes, est un sujet qu’il faut aborder lorsque l’on se penche sur les problématiques environnementales. Mais pourquoi l’intégrer à la construction de demain?

La biodiversité rend de nombreux services écologiques gratuits, invisibles et indispensables à l’homme et à ses activités. Le travail des abeilles par exemple permet la pollinisation donc la culture de la plupart de nos aliments. Au-delà des aspects écologiques, la biodiversité est une plus-value qualitative pour le cadre de vie des usagers et répond aux critères de la ville idéale en termes de nature et de verdure. Pour les professionnels du BTP, elle répond aux enjeux techniques (acoustique, isolation thermique) et réglementaires.

En premier lieu, une équipe de chercheurs de HEI et du pôle « paysage » de l’ISA (Institut Supérieur d’Agriculture) a engagé une étude consacrée aux murs végétalisés. Sur la base d’une liste de plantes et de matériaux prédéfinis, ils ont ainsi créé en laboratoire des prototypes de murs puis analysé les résultats acoustiques et thermiques de chacun de ces murs. Après six mois de tests en laboratoire, ces prototypes ont été utilisés sur le chantier de construction de l’écoquartier de Libercourt réalisé par Norpac. Un excellent moyen de valider in situ les hypothèses du laboratoire et de déterminer quels sont les murs qui participent le plus activement au renouvellement de la biodiversité tout en garantissant les meilleures performances acoustiques et thermiques ! Les Explorateurs se sont quant à eux attachés à décrypter la perception qu’en ont les usagers au travers d’une étude sociologique.

Par la suite, nous avons édité un guide pédagogique évolutif qui accompagne les acteurs du bâtiment et de l’aménagement dans l’évolution de leurs pratiques durables sur la biodiversité. Ce guide permet d’appréhender, avec méthodologie, la prise en compte et le respect de la biodiversité dans le cadre de tout projet de construction ou d’aménagement : www.biodiversite-positive.fr .

Dans le prolongement de ces actions de recherche et de sensibilisation, les Explorateurs ont animé un projet transversal soutenu par le Conseil Régional dont le second volet visait la création de formations délivrant des outils aux acteurs de la construction.

Ce programme a permis de faire avancer les connaissances en termes de biodiversité urbaine et de son interaction avec l’environnement. La biodiversité positive intègre une forte dimension innovante. De la conception à la construction, elle permet d’aménager des espaces urbains où la biodiversité gagne en quantité et en qualité.

Guide bâti à biodiversité positive : http://www.biodiversite-positive.fr

Contact à l’Université Catholique de Lille : Adrien FIOEN – explorateurs@univ-catholille.fr